23. Dezember – Les Gesangbücher protestants et leur message d’espérance aux XVIIe-XVIIIe siècles

von Raphaël Tourtet, Straßburg

Gesangbuch, datant de 1677; droits : Fonds ancien de la Médiathèque protestante de Strasbourg : Cote G17-0014

« Singet dem Herrn ein neues Lied; singet dem Herrn, alle Welt ! Singet dem Herrn und lobet seinen Namen, verkündet von Tag zu Tag sein Heil ! » 

(Ps 96: 1-2, trad. Martin Luther)

L’injonction est faite aux chrétiens, protestants ici, de chanter et de louer par la musique le Seigneur. Cette pratique qui nous semble banale, est pourtant porteuse à l’époque moderne d’une espérance, celle du salut de l’âme. Or ce dernier constitue un souci et une attente essentielle dans la vie des fidèles. Beaucoup plus marquées que nos sociétés contemporaines par la présence visible de la mort (guerres, aléas climatiques, disettes, mortalité infantile, etc.), le devenir de l’âme après la mort inquiète. L’eschatologie individuelle, autant que collective, est alors une composante majeure des représentations mentales. Ainsi, le chant, à condition d’être juste comme le rappellent les préfaces des Gesangbücher de l’époque moderne, ponctue une dévotion portant en elle cet espoir. Chanter témoignerait à Dieu la foi du fidèle et favoriserait son salut. Dès lors, les Gesangbücher protestants permettent d’observer comment un objet porte en lui un message optimiste à l’époque moderne.

            Les Gesangbücher sont des imprimés assez bon marché qui se diffusent de façon croissante aux XVIIe et XVIIIesiècles. Les ex-libris manuscrits qu’on lit dans les collections de Gesangbücher telles que celle de la Médiathèque protestante de Strasbourg témoignent de leur appropriation par les fidèles. Le plus souvent ces ouvrages sont petits et très denses, rassemblant un nombre conséquent de cantiques (parfois plus de 600). Ils doivent réconforter et marquer la foi du fidèle à chaque moment de sa vie : cultes, fêtes, maladie, mort, etc. Ces ouvrages participent et encadrent la piété populaire. On peut s’interroger sur la capacité de tous à lire ces Gesangbücher et à y trouver cet espoir, puisque la connaissance de ces textes reposait moins sur leur lecture que sur leur répétition au culte depuis l’enfance. Les gravures qui accompagnent ces Gesangbücher n’étaient-elles pas alors un medium plus efficace pour transmettre cette vision d’espoir de la foi ? Ces images forment en effet un discours simple, optimiste, qui illustre le but de ces recueils : atteindre le salut par le chant et la dévotion. 

            L’espérance et l’attente du salut chrétien sont mises en scène, de même que la dévotion et la grâce qui touche ceux qui s’y adonnent. On trouve dans le plus ancien des trois Gesangbücher présentés (voir les deux images en haut), datant de 1677, un système iconographique en deux temps : une première gravure représente les fléaux terrestres. L’iconographie est simple, renforcée par le mot « weh » afin de souligner le chaos. La seconde gravure présente l’action salvatrice du Christ qui est placé au centre des faisceaux lumineux célestes. L’ordre est rétabli par la foi triomphante, l’abondance aussi. Au cœur de cette société se trouve l’église où le fidèle pratique sa foi. On retrouve alors l’eschatologie chrétienne dans un système iconographique simple. La foi ainsi représentée est donc un gage d’espérance pour le fidèle. Et c’est collectivement que les hommes sont sauvés. On retrouve cette espérance collective dans le second Gesangbuch proposé, celui de Marbourg (1771).

Gesangbuch, Marbourg 1771; droits: Fonds ancien de la Médiathèque protestante de Strasbourg :Cote G18-0316/1

Le frontispice gravé sur bois se compose au premier plan d’une vue de Marbourg marquant l’identité citadine de l’Église territoriale éditant ce recueil. Au second plan, les cieux sont remplis d’anges joyeux, jouant de la musique (orgue, viole, luth, chant). Tous sont illuminés par le Saint-Esprit, figuré par la colombe. On découvre encore ce lien entre chant et salut, mais peut-être aussi le rôle collectif des églises de Marbourg dans l’attente de cette grâce.

Enfin, notre troisième exemple est zurichois. Le frontispice présente cette fois une dévotion plus personnelle et féminine. Deux femmes, l’une à l’orgue, l’autre chantant, sont touchées par des faisceaux lumineux descendant du ciel et d’un paradis peuplé d’anges. Trois rayons touchent le cœur de la chanteuse où s’inscrit le nom « Jesus », la partition sur l’orgue et enfin l’église présentée à l’arrière-plan. Derrière ce programme iconographique dense, complété par un système de citations bibliques dans les rayons lumineux, on distingue le message d’espérance que portent la foi et la dévotion personnelle dans le chant mais aussi collective, par la participation à l’église. 

Gesangbuch, Zurich 1767; droits: Fonds ancien de la Médiathèque protestante de Strasbourg, Cote G18-0300

            Ces gravures qui ouvrent les Gesangbücher éclairent donc l’objectif de ces imprimés. Elles précisent aux fidèles par des représentations simples, mais denses, comment la pratique dévotionnelle peut et doit leur apporter le salut et la grâce, c’est-à-dire une forme d’espoir face aux aléas de leur vie. Reste une question en suspens : quel impact ces représentations ont-elles sur le fidèle ? En effet, ce discours d’espérance émane avant tout d’autorités ecclésiastiques. Mais répond-il alors vraiment aux angoisses des populations ?


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.