20. Dezember – Collège des Sciences Étrangères

von Diego Stefanelli, Mainz

"Nous ne pouvons guères douter que plusieurs Nations des plus éloignées n’ayent bien des connoissances qui nous seroient utiles. Quand on considere cette longue suite des siècles pendant lesquels les Chinois, les Indiens, les Egyptiens nous ont devancés dans les sciences, & les ouvrages de l’art qui nous viennent de leur Païs, on ne peut s’empecher de regretter qu’il n’y ait pas plus de communication entre eux & nous. Un College où l’on trouveroit rassemblés des hommes de ces Nations, bien instruits dans les Sciences de leur Païs, qu’on instruiroit dans la langue du nôtre, seroit sans doute un bel établissement, & ne seroit pas fort difficile. Peut-être n’en faudroit-il pas exclure les nations les plus sauvages."

Le passage est tiré de la Lettre sur le progrès des sciences de Maupertuis, publié pour la première fois en 17521. Il est l’une des idées exposées par le scientifique de Saint-Malo concernant les recherches scientifiques qu’il aurait souhaité (et espéré) pour le bien du genre humain.

On est dans la période la plus heureuse de la vie de Maupertuis. Résidant à Berlin depuis 1745, il y avait été fait venir par Frédéric II pour réorganiser et diriger l’Académie des Sciences. Maupertuis prit sa tâche au sérieux en consacrant un effort particulier surtout à attirer de collègues étrangers (sans grand succès, à vrai dire). Le programme scientifique de la Lettre doit être placé dans ces années d’organisation scientifique et institutionnelle. Cependant, on le peut inscrire dans une tradition plus ancienne : celle de l’utopie scientifique baconienne. « On y trouve tout ce que Bacon auroit proposé là-dessus, s’il étoit revenu au monde dans ce siècle », écrivit Johann Heinrich Samuel Formey dans son Eloge de Maupertuis (Berlin, 17612). En fait, la Lettre commence en évoquant Bacon et notamment son De dignitate et augmentis scientiarum (1623). Bien sûr, Maupertuis n’osait pas « comparer ce petit nombre de pages à ce qu’a fait ce grand homme », son but étant plus modeste : fixer le regard du Monarque « sur quelques recherches utiles pour le genre humain, curieuses pour les savans, & dans lesquelles l’état où sont actuellement les sciences, semble nous mettre à portèe de rëussir ».

Les recherches souhaitées par Maupertuis étaient très diverses mais elles auraient toutes nécessité « du pouvoir des Souverains » pour se concrétiser : projets des explorations maritimes (les Terres Australes) et terrestres (l’intérieur de l’Afrique), observations astronomiques et microscopiques, expériences sur les animaux (et sur les humains). À la fin, il dressait également la liste des recherches à interdire en tant que pertes de temps : la Pierre Philosophale, la Quadrature du Cercle et le Mouvement perpétuel. Certes, un Swift aurait pu se moquer de certains projets de Maupertuis lui-même en l’incluant dans l’Academy of Projectors de Lagado visitée par Gulliver. Effectivement, espérance, utopie et sens du concret s’entremêlent dans la Lettre, ou des intuitions très concrètes coexistent avec des idées pour le moins fantaisistes, comme celle d’abattre les Pyramides pour voir ce qu’ils cachent.

Comment, dans ce contexte, interpréter le passage cité ci-dessus ? Les « étrangères » de ce Collège auraient dû venir de très lointain : de la Chine, de l’Inde, de l’Égypte. De plus, le Collège aurait dû assurer la communication avec ces sages (bien sûr en parlant notre langue). Même les « sauvages » (peut-être les indios de l’Amérique du Sud ? ou les Lapons bien connus à Maupertuis ?) auraient pu y être accueillis. À quoi un tel collège aurait-il ressemblé, s’il avait été réalisé ? Et surtout, à quoi (et à qui) aurait-il servi ? Aurait-il répondu à l’espoir d’une sorte d’Académie de l’humanité dans laquelle tous les peuples auraient pu échanger leurs connaissances, en parlant la même langue ou connaissant la langue de l’autre, à voir une sorte de moderne House of Salomon, comme celle imaginé par Bacon dans son New Atlantis ? Ou aurait-il présenté plutôt les caractéristiques d’un sort de bureau colonial intéressé par l’utilité toute pratique des connaissances des peuples extra-européens ? Effectivement, l’utopie ici avait un but clair : l’utilité des connaissances de ces peuples pour les Européens (nous), le « genre humain » étant, comme souvent, très « européen » dans son universalisme. D’ailleurs, il serait peut-être injuste de nier à ces espoirs une sincérité (plus ou moins naïve), laquelle rappelle les « espérances sur les destinées futures de l’espèce humaine » qui animeront, des années plus tard (1793-1794) et dans un contexte historique très différent, le Tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet (Dixième époque).

Du reste, l’optimisme du projet baconien exposé dans la Lettre n’était pas destiné à durer longtemps : accablé par de vives controverses avec d’autres scientifiques à la cour berlinoise (notamment König), attaqué (et moqué) à plusieurs reprises par Voltaire, Maupertuis rentre en France (en 1756) au début de la guerre de Sept Ans, dont il ne verra pas la fin mourant en 1759. La Lettre reste donc un témoignage intéressant des espoirs d’un scientifique du XVIIIe siècle au faîte de son succès, au point de pouvoir diriger l’académie d’un des souverains les plus puissants d’Europe.

Indications bibliographiques:

Pierre Brunet, Maupertuis. Étude biographique, Paris, Librairie Scientifique Albert Blanchard, 1929.

Pierre Brunet Maupertuis. L’œuvre et sa place dans la pensée scientifique et philosophique du XVIIIe siècle, Paris, Librairie Scientifique Albert Blanchard, 1929.

David Beeson, Maupertuis: an Intellectual Biography, Oxford, The Voltaire Foundation, 1992 ; Michel Valentin, Maupertuis. Un savant oublié, Rennes, La Decouvrance, 1998.

Tableau historique des progrès de l’esprit humain. Projets, Esquisse, Fragments et Notes (1772-1794), éd. sous la direction de Jean-Pierre Schandeler et Pierre Crépel, Paris, Éditions de l’Institut national d’études démographiques, 2004.

Frédéric Charbonneau (dir.), La Fabrique de la modernité scientifique. Discours et récits du progrès sous l’Ancien Régime, Oxford, Voltaire Foundation, 2015.

  1. Maupertuis, Vénus physique suivi de la Lettre sur le progrès des sciences, précédé d’un essai de Patrick Tort, Paris, Aubier-Montaigne, 1980 (pp. 157-158 []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.