13. Dezember – Närrische Weisheit und Weise Narrheit – Espérer avec Johann Joachim Becher

von Frédéric Graber, Berlin

Johann Joachim Becher, Närrische Weißheit Und Weise Narrheit, Frankfurt 1682.
Rechte: Deutsches Textarchiv: https://www.deutschestextarchiv.de/becher_narrheit_1682.

Publié pour la première fois en 1682 et réimprimé plusieurs fois jusqu’en 1725, Närrische Weißheit und Weise Narrheit est un catalogue de projets. Il présente, dans une première partie, 51 projets qui à première vue pourraient sembler déraisonnables ou impossibles et qui pourtant se sont soldés par des succès, suivis de 50 projets qui au contraire, avaient toutes les apparences d’entreprises raisonnables et qui néanmoins ont échoués. Deux exemples entre cent : d’un côté l’anglais Salomon Morland invente une machine pour se parler à plusieurs kilomètres de distance, outil improbable mais qui s’avère décisif lors du siège de Tanger en 1680, de l’autre, le hollandais Reucher achète à prix fort un éléphant qu’il entend atteler à une douzaine de charrues pour accélérer les travaux des champs dans le Palatinat, mais l’animal s’embourbe.

Les espoirs raisonnables ou insensés que les hommes placent dans leurs entreprises sont au centre de cet ouvrage. Il reflète un esprit résolument baroque, un goût pour la coexistence des contraires, un certain plaisir à voir les apparences mises en échec. La folie ni la sagesse ne sont jamais tout à fait là où on les attend. L’ouvrage a aussi une portée religieuse. En fils de pasteur, Becher voit dieu actif en toute chose : dieu donne aux hommes un don d’invention, inégalement distribué, qui les pousse à imaginer des choses nouvelles, à se projeter dans l’avenir, mais il les égare aussi parfois, si bien que même les esprits les plus sages commettent des erreurs grossières.

La Närrische Weißheit fait surtout partie d’un genre : les catalogues de curiosités, inventions et projets, qui témoignent d’un appétit pour les nouveautés et d’un désir de richesse, qui tous deux sont en passe de devenir moralement acceptables. Ce genre est particulièrement pratiqué par les faiseurs de projet : figure incontournable de l’époque moderne, le faiseur est à la recherche de patrons auxquels il promet des profits considérables s’ils acceptent de tenter et surtout de financer ses entreprises ; mais c’est aussi une figure suspecte, parce que ces projets merveilleux ont une fâcheuse tendance à échouer. Malgré leurs échecs répétés, ces faiseurs trouvent pourtant toujours à nouveau des oreilles pour les écouter et des bourses pour les financer, tant on souhaiterait que leurs promesses se réalisent. 

Johann Joachim Becher est par excellence un tel faiseur, qui parcourt l’Europe à la recherche de patrons, en Suède, dans les cours du Saint Empire, en Hollande puis en Angleterre, où il meurt en 1682, l’année justement où paraît à Francfort la première édition de sa Närrische Weißheit. C’est un savant touche à tout, un polymathe. Il participe au tournant que prend l’alchimie au 17e siècle vers les savoirs pratiques de la nature au service de l’homme, de la production et du commerce. Ses intérêts vont de la métallurgie aux entreprises coloniales, de la médecine à l’économie politique. C’est un caméraliste, qui conseille successivement plusieurs princes de l’Empire, leurs proposant de nombreuses réformes qui doivent restaurer les revenus de leurs États, très appauvris après la guerre de Trente ans. Mais comme la plupart des faiseurs de son temps, ses projets échouent plus souvent qu’ils ne réussissent et son ouvrage est donc surtout une tentative de réhabilitation de l’activité projective et de la sienne en particulier. Écrivant depuis Londres, qu’il présente comme un exil où l’aurait jeté sa disgrâce à la cours impériale, il tente de restaurer son image pour trouver de nouveaux patrons. 

La Närrische Weißheit accorde en effet une large place aux projets de ses concurrents ou collègues faiseurs, qu’il a eu l’occasion de rencontrer au cours de ses pérégrinations à travers l’Europe et dont il décrit la personnalité, le talent, la probité – ce qui lui permet aussi de régler quelques comptes, en particulier avec ceux qui l’ont écarté des entreprises qu’il avait conçues et dont l’échec n’est alors que justice. Ses propres projets apparaissent tant dans la liste des folies sages – typiquement le mouvement perpétuel qu’il réalise pour le prince-électeur de Mayence – que dans celle des sagesses folles – comme la compagnie viennoise de commerce avec les Ottomans. Mais les échecs, les siens en particulier, ne sont pas condamnables. La morale de son ouvrage, c’est que les réussites inespérés montrent l’utilité des faiseurs, leur contribution au bien public – à celui du prince en particulier – alors que les échecs inattendus montrent surtout la toute puissance divine : ce qui n’a pas réussi cette fois peut tout à fait réussir à un autre moment, d’une autre manière, avec d’autres faiseurs.

La Närrische Weißheit est l’écrit d’un homme acculé qui cherche une dernière issue. Becher affirme son espoir de réussite, juste avant de mourir.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.