8. Dezember – Entre désespoir des colons et nouvel espoir des citoyens haïtiens : Une représentation picturale de la Révolution haïtienne

von Mathilde Ackermann, Bielefeld

Vue de l’incendie de la ville du Cap Français, Arrivée le 21 Juin 1793. Vieux style : [estampe] / Peint d’après nature par J.L. Boquet ; Gravé par J.B. Chapuy von Chapuy, Jean-Baptiste (1760-18..). Graveur – 1794 – Bibliothèque nationale de France, France – No Copyright – Other Known Legal Restrictions.
https://www.europeana.eu/de/item/9200518/ark__12148_btv1b6946889b

« L’espoir est la vertu des esclaves » écrivait le philosophe Emil Michel Cioran. 

Août 1791, éclate alors sur l’île de Saint-Domingue la révolte d’esclaves la plus importante de l’histoire de l’Atlantique qui durera jusqu’en 1804, date de la proclamation d’indépendance de l’île par Jean-Jacques Dessalines. Elle prendra alors son nom d’origine « Haïti ». La colonie française de Saint-Domingue est connue, d’une part, pour être l’une des plus riches du monde notamment par sa production de sucre et de café, d’où son nom « la Perle des Antilles », mais elle est également, d’autre part, l’une des plus violentes qui ait existé.

La Révolution haïtienne reste jusqu’à aujourd’hui la seule insurrection d’esclaves menant à une indépendance et à la création d’une république. Indépendance qui ne sera reconnue que vingt-et-un ans plus tard par Ordonnance du roi Charles X, au prix de 150 Millions de francs or dûs par les nouveaux citoyens haïtiens aux anciens propriétaires français ayant perdu leurs biens lors des soulèvements, ainsi qu’une réduction des taxes sur les marchandises et les navires français en provenance et à destination des ports de l’île.

La gravure Vue de l’incendie de la ville du Cap Français, arrivée le 21 juin 1793 par Jean-Baptiste Chapuy d’après le tableau de Jean-Alexandre Boquet, représente une scène apocalyptique nocturne : l’embrasement de la ville du Cap Français, (aujourd’hui : Cap Haïtien), évènement majeur de la Révolution haïtienne durant lequel de nombreux colons français ont été tués par leurs anciens esclaves révoltés. La représentation « d’après nature » de J.-B. Chapuy n’est pas anodine, elle illustre d’une part la richesse de la colonie par la présence d’un grand nombre de bateaux luxueux dans le port du Cap, ainsi que par l’architecture moderne de la ville dont seule l’ombre se laisse deviner. D’autre part, en arrière-plan, les montagnes et les flammes s’apparentant à des tornades de feu, rappellent visuellement l’éruption d’un volcan, motif bien connu du graveur. La gravure supposée représenter la situation révolutionnaire à Saint-Domingue pour un public français ne peut que provoquer l’effroi et le désespoir. Notons que dans l’imaginaire français de la fin du 18e siècle, l’île de Saint-Domingue représente l’opulence, la modernité et pour toutes ces familles qui ont réussi à s’y établir : le succès et la richesse familiale. En contraste, l’œuvre de Chapuy représente la chute indéniable de la domination blanche. Saint-Domingue était-elle un volcan prêt à entrer en éruption ? En observant l’illustration de Chapuy, on peut se demander, si, finalement tout le système esclavagiste n’était pas un volcan dont l’éruption était inévitable. 

Derrière la représentation sublimée de la Révolution haïtienne, se dissimule plusieurs faits historiques majeurs : la prise de la liberté par des anciens esclaves menant à la première République Noire, l’adoption de l’abolition immédiate de l’esclavage. Alors que jusqu’à présent régnait dans les colonies deux statuts : celui de maître et celui d’esclave, comme stipulés par le Code Noir (ensemble des lois esclavagistes), l’abolition de l’esclavage, prononcée par Sonthonax en août 1793 et effective depuis février 1794, reconnaît la liberté à tous les anciens esclaves des colonies françaises. Haïti est en effet le seul ancien territoire français où l’esclavage ne sera jamais rétabli, malgré les nombreuses tentatives de reconquête jusqu’à la reconnaissance définitive de son indépendance en 1825, reconnaissance qui symbolise un autre évènement majeur resté dans l’ombre de la Révolution : pour la première fois de son histoire, la France accorde l’indépendance à l’une de ses colonies, ce qui fait de l’Ordonnance du 17 avril 1825 une première dans l’histoire constitutionnelle de la France. 

Derrière l’effroi et le désespoir des colons français, se dissimule l’espoir de liberté et de reconnaissance de l’humanité des anciens esclaves. La Révolution haïtienne bien que longtemps banalisée de l’histoire française, représente un évènement capital qui a permis de nombreuses avancées, jusqu’alors inconcevables.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.