L’espérance privilégiée

Grâce impériale et marché médical urbain (Nuremberg, fin xviie – début xviiie siècle)

Vincent Demont, Paris

Notice de l’emplâtre de Nuremberg, avec mention du privilège impérial; ÖStA HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien 03-117, après 1743

.

.

Article de l’Encyclopédie décrivant celui-ci : Denis Diderot (dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sciences, des arts et métiers, Neuchâtel, Samuel Faulche, tome XI, 1765, p. 285, Bibliothèque municipale de Lyon, Numelyo, SJ BD 710/11 T. 11.

Quintessence jaune et rouge, poudre confortative ou poudre d’or fortifiante, emplâtre de Nuremberg, pilule Emmanuel ou baume de vie – tous ces remèdes nouveaux, inventions des xviie et xviiie siècles, viennent garnir la déjà riche pharmacopée disponible à Nuremberg. La diversité de l’« arsenal thérapeutique » ainsi construit n’était en soi guère problématique, tant il était admis sous l’Ancien Régime qu’un corps malade ne pouvait réagir de manière prévisible à un médicament donné, et que le patient devait, en conséquence, « essayer les remèdes les uns après les autres » – toute nouvelle potion devenant ainsi pour lui un objet d’espérance1.

Pour ceux qui les vendaient, l’espoir lié à ces remèdes était plus probablement attaché aux profits qu’ils promettaient. Dans le paysage thérapeutique de l’Europe moderne, qu’il est désormais admis de décrire en termes de marché médical2, les remèdes miracles tenaient une place de choix et étaient objets d’une extraordinaire demande3. Leurs noms devenaient des marques, leur aspect se standardisait, leurs procédés de vente changeaient ; les exemples de diffusion massive de ces produits ne manquent d’ailleurs pas, ne serait-ce, en France, qu’avec les « remèdes du roi » ou, plus largement en Europe, avec l’emplâtre de Nuremberg dont la recette trouve place dans l’Encyclopédie ou, plus tard, avec le remède universel du docteur Ailhaud4. Non d’ailleurs que les pharmacies de ville soient absentes des évolutions de ce marché et des profits nouveaux qu’il engendrait : à Francfort-sur-le-Main – il est vraie ville de foire – on pouvait évoquer, au tournant des xviie et xviiie siècles, les profits de plus de 100 % réalisés par les apothicaires, soit des gains du niveau rhétorique utilisé pour décrire, quelques décennies plus tôt, le fabuleux rapport des expéditions aux Indes5.

Marchand de thériaque démontrant, sur un serpent, les vertus antitoxiques de son produit (eau-forte, entre 1667 et 1700, Germanisches Nationalmuseum HB13755).

Ces bouleversements posaient tout de même des questions de droit. Les empiètements entre professions du paysage pharmaceutique étaient monnaie courante. A Nuremberg, il s’agissait des apothicaires concessionnés par la ville, des épiciers, de vendeuses d’eau distillées, de jardiniers ou de marchands d’herbes diverses installés aux portes de la ville, mais aussi de courtiers assermentés par la municipalité, réputés faire commerce de diverses pilules6. Comme ailleurs au sein du monde des métiers d’Ancien Régime, ils se traduisaient par une interminable répétition de conflits du quotidien ; à Nuremberg, comme en d’autres lieux, on usait de la métaphore de l’hydre de Lerne, dont dix têtes repoussaient aussitôt que l’on en coupait une, pour décrire cette litanie7.  Il était en outre facile, pour les patients ou leurs proches, de chercher leur salut sinon dans des territoires voisins de la ville, du moins auprès d’acteurs légitimés par les autorités politiques gouvernant ces territoires. Parmi ces empiètements conflictuels, l’opposition entre apothicaires concessionnés et protégés par la ville et fabricants de remèdes privilégiés par l’empereur – les inventeurs et vendeurs des potions énumérées plus haut – présentait néanmoins un caractère remarquable. Les conflits opposaient des droits de portées temporelles différentes – la validité des privilèges était bornée dans le temps, quoi qu’il fut possible de les renouveler à de multiples reprises, tandis que celle des droits municipaux ne l’était pas. Ils se jouaient largement à la cour impériale, via une procédure coûteuse, mais richement documentée ; enfin, la nouveauté supposée des remèdes ou de leurs formes de commercialisation en était régulièrement un point crucial. Les apothicaires « de ville » ne pouvaient en effet, du moins à Nuremberg et depuis 1512 au moins, débiter que des remèdes déjà existants et explicitement prescrits par un médecin, dans des quantités relevant du commerce de détail ; les capitulations impériales de l’empereur, au contraire, intégraient à la régale impériale le droit de récompenser l’invention par le privilège, ce qui, dans le domaine de la pharmacie, se traduisit par l’octroi – vénal, sans aucun doute – de toute une série de privilèges pour des potions novatrices ou dites telles8. Que d’autres justifications que l’invention ou que l’achat pur et simple aient pu expliquer l’octroi de ces privilèges, , voilà ce que le parcours de nombre de pharmaciens privilégiés, anciens vendeurs de remèdes aux armées (voire simple fournisseurs de celles-ci comme Johann Michael Bansa à Francfort-sur-le-Main), fait plus qu’évoquer9. La succession des guerres de la fin du règne de Louis XIV pourrait alors participer de l’explication du grand nombre de privilèges de pharmacie émis, à Augsbourg, Nuremberg, Francfort-sur-le-Main et peut-être ailleurs, pendant cette période. Quoi qu’il en soit, le diplôme impérial permettait, ou devait permettre, l’introduction de nouveaux produits sur le marché de la médecine.


Fiole du baume préparé par les héritiers Schauer, XVIIIe-début XIXe siècle. En haut à gauche de l’étiquette, l’aigle impériale (le remède est privilégié par l’empereur à partir de 1701). Germanisches Nationalmuseum, Ph.M.3868 ; Alexander Jürgen Flechsig, Frühneuzeitiger Erfindungsschutz, Münster, LIT, 2013, p. 175.

Le privilège impérial offrait notamment d’assez larges possibilités de promotion de ces nouveaux remèdes. La forme diplomatique des privilèges impériaux, d’autant plus rigide que la fidélité à des formulations anciennes était, pour les membres du conseil aulique, gage de pouvoir obtenir des gratifications de la part de ceux et celles qu’ils privilégiaient10, ne permettait guère une « publication » par le privilège, au sens où on a pu entendre que les privilèges d’impression français publiaient un livre ou son auteur11. Mais la grâce impériale pouvait être exhibée ; et sa détention, en tout état de cause, faisait entrer dans une autre sphère juridique. Certains privilèges accordaient explicitement le droit de vendre « sous l’aigle impériale », si bien que les fabricants de remèdes ornaient leurs fioles de celle-ci, comme on le voit à Augsbourg, mais le cas est également documenté à Nuremberg. D’autres faisaient imprimer des notices d’information, ou publier des annonces dans la presse – chose que le magistrat urbain tentait d’interdire, mais sans grand succès tant les publications aux portes de la ville, ou bien elles aussi privilégiées par l’empereur, bridaient son pouvoir en la matière. A Nuremberg au moins, la diversité matérielle des remèdes d’Ancien Régime renvoyait donc à une pluralité de droits et d’instances d’énonciation de ces droits – en bref, à des ordres juridiques différents : d’un côté, celui, d’essence corporative, de la ville libre, de l’autre celui de l’empereur, qui parce qu’il était lié à une faveur individuelle permettait à l’individu d’oser et sans doute d’espérer davantage dans son action commerciale. Et malgré de nombreuses procédures judiciaires, aucun de ces droits ne s’imposait véritablement à l’autre : en 1713, l’empereur finit par confirmer le statut octroyé par la ville à ses pharmaciens, tout en continuant à renouveler les privilèges accordés aux fabricants de remèdes, entérinant et perpétuant ainsi l’existence simultanée de règles pourtant parfaitement contradictoires12. Que des droits en train de se construire – aux échelles municipales, impériales ou territoriales – puissent présenter des incohérences, voilà qui ne saurait vraiment surprendre, a fortiori dans un espace haut-allemand dont la fragmentation politique était l’une des plus fortes observables en Europe. Que ces règles variées soient l’occasion d’expérimenter différents moyens d’envisager et de commercialiser des remèdes, à une époque où l’on pense volontiers observer une croissance du « marché médical », incite à se garder de jugements hâtifs, et parfois contradictoires, sur l’inefficacité ou au contraire les obstacles à l’action économique que pouvaient représenter ces droits différents. Après tout, cette diversité des droits, tout comme celle des objets et des formes de commercialisation qu’elle autorisait, permettait aux malades ou proches de malades d’exercer pour le salut de leurs corps une forme de choix. La matérialité des remèdes, parce qu’elle exhibait les instances légitimant à la fois ceux-ci et les formes de leur commerce, interroge finalement sur l’horizon politique de ces décisions thérapeutiques : l’espoir qu’un malade – qui était aussi un sujet – plaçait dans tel ou tel remède ne renvoyait-il finalement pas à l’espoir qu’il plaçait dans telle ou telle autorité souveraine ?




Diesen Blogbeitrag zitieren
Vincent Demont (2024, 15. März). L’espérance privilégiée. Hoffnung handeln – L'espérance en action. Abgerufen am 18. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/w0yj

  1. Philip Rieder, La figure du patient au xviiie siècle, Genève, Droz, 2010, p. 449-450. []
  2. Mark Jenner, Patrick Wallis, « The medical marketplace », Mark Jenner, Patrick Wallis (ed.), Medicine and the Market in England and its colonies, c. 1450-c. 1850, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 1-23, particulièrement p. 1-12. []
  3. Mary Lindemann, Health and healing in Eighteenth-Century Germany, Baltimore, John Hopkins, 1996, p. 171-173. []
  4. Nicole Bardiot, « Médicament et négoce à Marseille au xviiie siècle : La poudre d’Ailhaud dans les réseaux marchands et les sociétés maritimes », dans Xavier Daumalin, Daniel Faget, Olivier Raveux (dir.), La mer en partage : Sociétés littorales et économies maritimes. xvie-xxe siècle,Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2016, p. 227-240 ; Jean Hossard, « Les “remèdes du Roi” et l’organisation sanitaire rurale au xviiie siècle », Revue d’histoire de la pharmacie, 1975, 63-226, p. 465-472. []
  5. AT-OeStA/HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien 1-2, fol. 114-134v. []
  6. Germanisches Nationalmuseum (GNM), Coll. Pharm. 19, p. 6 (1699), p. 52 (1751) ; Coll. Pharm. 23, V, p. 69, 22.08.1722. []
  7. Johann Ferdinand Roth, Versuch einer Geschichte des Apothekenwesens in der freyen Reichsstadt Nürnberg, Nürnberg ?, 1792 [réimpression Stuttgart, Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft, 1933], p. 50 ; la même métaphore est utilisée à Schöningen, dans le Brunswick, Mary Lindemann, Health and Healing in Eighteenth-century Germany, Baltimore, Johns Hopkins, 1996, p. 150. []
  8. GNM, Coll. Pharm. 12, Verneute Gesetz und Ordnung eines Hoch Edlen und Hochweisen Raths des heiligen Reichs Stadt Nürnberg dem Collegio Medico, den Apothekern und andern Angehörigen daselbst gegeben. Nürnberg 1700, Art. XIV–XVI; Roth, Versuch einer Geschichte des Apothekenwesens, p. 42 ; Alexander Jürgen Flechsig, Frühneuzeitlicher Erfindungsschutz. Eine Untersuchung unter besonderer Berücksichtigung der Reichsstadt Augsburg, Münster, 2013, p. 104, 117–119. []
  9. GNM, Coll. Pharm. 19, p. 19, 25.01.1688, p. 20 , 11.04.1688 ; 20 III-3, 18.09.1688 ; AT-OeStA/HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien 1-2, fol. 214-234v., sans date, à propos du privilège octroyé en à Johann Michael Bansa, épicier de Francfort ayant soutenu les armées impériales pendant le siège de Mayence en 1689. []
  10. Wolfgang Sellert, « Besoldungen und Einkünfte der Richter am Kaiserlichen Reichshofrat », Anja Amend-Traut, Albrecht Cordes, Wolfgang Sellert (dir.), Geld, Handel, Wirtschaft. Höchste Gerichte im Alten Reich als Spruchkörper und Institution, Berlin/New York, De Gruyter, 2013, p. 43–60, ici p. 293. []
  11. Nicolas Schapira, « quand le privilège de librairie publie l’auteur », GRIHL, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002, p. 121-137, ici p. 127. []
  12. ÖStA HHStA, RK, Kleinere Reichsstände 379–10, fol. 219–245, hier fol. 225, 271, 272r. Une situation assez proche s’observe à Francfort-sur-le-Main, également en 1713, avec la confirmation impériale des droits des pharmaciens de ville, lorsque l’empereur Charles VI confirme le statut des apothicaires concessionnés par la ville, bien qu’il soit contradictoire avec le privilège accordé à Bansa et évoqué plus haut ; AT-OeStA/HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien 1-2, fol. 241-248, 04.03.1713. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search