Les couleurs de l’espoir : le pavillon impérial et la protection du commerce maritime habsbourgeois entre 1711 et 1780

Costanza Lugnani, Paris

Adam Ludwig WIRSING, Schiffe im Hafen, s.d. (XVIIIe siècle) . Droits: Albertina, Vienne (Autriche). URL : https://www.europeana.eu/item/15508/D_I_45_109.
Adam Ludwig WIRSING, Schiffe im Hafen, s.d. (XVIIIe siècle) . Droits: Albertina, Vienne (Autriche). URL : https://www.europeana.eu/item/15508/D_I_45_109.

« Le 3 janvier 1754 se sont présentés Sebastiano Errath et Grahsin Vita Levi, afin de demander une très-haute patente de pavillon et un passeport pour leur polacre appelée Santa Giustina, d’une capacité de charge de 150 tonnes, protégée par 4 canons et 2 petites bombardes, avec 14 hommes d’équipage »1. Un jour d’hiver 1754, dans la ville de Trieste, les deux propriétaires d’un petit bâtiment prennent le chemin de l’Intendance commerciale.

Cette institution, établie en 1731, assure le gouvernement de la ville portuaire. À ce titre, elle prend notamment en charge l’encadrement des affaires commerciales et financières qui se déploient sur place — y compris la gestion des choses courantes. C’est précisément une démarche administrative de routine qui amène Sebastiano et Grashin aux bureaux de l’Intendance : ils souhaitent y obtenir les papiers nécessaires à la navigation de leur polacre. Comme leurs papiers sont parfaitement en règle, les deux hommes obtiennent satisfaction : un passeport pour la Santa Giustina et son équipage, mais surtout un pavillon aux couleurs de l’empereur et la patente de validité afférente. La requête de Sebastiano et Grahsin relève de la pratique ordinaire pour des gens de mer triestins en 1754. Pourtant, elle met au jour des espoirs qui auraient été inconcevables dans la même cité quarante ans plus tôt.


Au début des années 1710, Charles de Habsbourg (1685-1740) succède à son frère Joseph Ier et accède au trône : il est élu empereur du Saint-Empire sous le nom de Charles VI, couronné roi de Hongrie et de Bohême et reconnu pour souverain légitime du conglomérat dynastique qui constitue les États héréditaires de la Maison de Habsbourg. Encouragé par une partie de ses courtisans, Charles VI couve dès son arrivée au pouvoir l’idée de développer le commerce de ses États, en particulier le commerce maritime. Un pari difficile à tenir pour un ensemble de territoires largement replié sur ses trafics continentaux. Pourtant, des ambitions de l’empereur naissent plusieurs initiatives d’aménagement de grande ampleur : la promotion de manufactures destinées à dynamiser la production intérieure, mais surtout l’élévation des villes de Fiume et de Trieste au statut de ports francs (1719) et la fondation de compagnies de commerce destinées à porter les échanges au départ des deux façades maritimes placées sous la houlette habsbourgeoise (la Compagnie d’Orient côté adriatique, en 1719, et la Compagnie d’Ostende côté Pays-Bas autrichiens, en 1722).

Cesare DELL’ACQUA, La proclamazione del porto franco di Trieste, 18 marzo 1719, 1855. Droits: Museo Revoltella, Trieste (Italie). URL : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_proclamation_of_the_free_port_of_Trieste_in_1719_(1855),_by_Cesare_Dell%27Acqua.jpg
Cesare DELL’ACQUA, La proclamazione del porto franco di Trieste, 18 marzo 1719, 1855. Droits: Museo Revoltella, Trieste (Italie).

Les aspirations de l’empereur se traduisent ainsi par des innovations très concrètes, inscrites dans l’espace et confiées à une multitude d’acteurs de terrain. Dans cet arsenal de moyens institutionnels et matériels déployés pour servir les visées impériales, un objet se distingue tout particulièrement : le pavillon, c’est-à-dire l’étendard hissé sur les mâts des navires pour signifier leur origine et identifier leur protecteur2. Le pavillon se présente comme une pièce de tissu placée à la poupe des bâtiments et conçue, tant par sa taille que par ses couleurs et meubles, pour être aisément visible à l’œil nu. Plus encore que banalement repérable, le pavillon a pour finalité essentielle d’être reconnaissable. En d’autres termes, les figures qu’il comporte doivent être immédiatement reconductibles à une entité identifiée, dont le pavillon matérialise et défend les volontés en mer. Si le pavillon sert à manifester la présence des sujets d’une nation à un emplacement donné, il permet par extension de symboliser la capacité d’une autorité politique à projeter sa protection sur l’eau. Dans le cas du pavillon impérial, cette protection a pour but annoncé de renforcer le commerce des États du Prince à travers l’activité de ses sujets : ainsi, le pavillon impérial porte l’aigle bicéphale du Saint-Empire, munie des principales insignes du pouvoir de l’empereur – la couronne sur le chef, le sceptre et l’épée dans les griffes. De cette façon, le pavillon fonctionne comme un puissant outil de communication à destination des navires étrangers : il indique qui l’on est, de qui l’on est protégé, et dans quelle perspective.

Le pavillon impérial ne naît pas avec Charles VI. En revanche, il acquiert une importance inédite sous son règne, à l’heure où l’activité maritime de la monarchie composite fait l’objet de plusieurs négociations à l’occasion de traités de trêve et de commerce avec les autres nations et cités. Dès lors, il devient bel et bien un produit direct des espoirs politiques et économiques du Prince ; des espoirs en action, qui s’actualisent grâce à un outil élaboré sur mesure.

Une représentation du pavillon impérial datant de 1749. Droits: Österreichisches Staatsarchiv, Vienne, AT-OeStA/FHKA SUS KS. Photo : Costanza Lugnani.
Une représentation du pavillon impérial datant de 1749. Droits: Österreichisches Staatsarchiv, Vienne, AT-OeStA/FHKA SUS KS. Photo : Costanza Lugnani.

Le premier moment d’investissement décisif du pavillon dans les échanges diplomatiques intervient dès le traité de Passarowitz, conclu avec l’Empire ottoman en 1718 : l’empereur cherche à y imposer une reconnaissance du pavillon de la part des sujets de la Sublime Porte ; cette reconnaissance a pour enjeu central le respect de l’intégrité des navires, des équipages et des cargaisons. Ce même but est poursuivi dans les discussions diplomatiques successives des années 1720-1730. Au gré de ces échanges, sont définis le périmètre de circulation des bâtiments de pavillon impérial et, surtout, les bornes de la protection que ce pavillon représente pour les sujets de l’empereur en cas de rencontre en mer. En quelque sorte, c’est l’horizon d’attente des espoirs impériaux en matière de trêve et de respect des accords diplomatiques qui est constamment redéfini – et, autant que possible, élargi. Marie-Thérèse de Habsbourg (1717-1780) reprend à son compte cette politique de déploiement maritime à la mort de son père (1740) ; le pavillon conserve sa fonction de représentation et défense ambulante des intérêts de la monarchie, et voit ses utilisateurs et lieux d’usage évoluer au gré des recompositions territoriales et géopolitiques qui jalonnent la période 1740-1780.

À l’intérieur de ce cadre institutionnel, les sujets impériaux placent à leur tour dans le pavillon des espoirs de sécurisation de leurs déplacements. Les sources révèlent tout un spectre d’usages des couleurs impériales, qui va de la légalité prouvée par l’écrit administratif authentique à l’illégalité la plus complète adossée à la falsification des documents. Nombreux sont ceux qui, comme les associés triestins rencontrés plus haut, se procurent le pavillon légalement pour placer leur commerce sous protection impériale : des trafics de différentes natures, échelles et volumes se déploient en Méditerranée et en mer du Nord, portés par des bâtiments comme la Santa Giustina. Mais le pavillon impérial est également utilisé par d’autres navigateurs, aux origines et objectifs plus opaques, qui acquièrent l’étendard de l’empereur de manière illicite afin de sécuriser tout ou partie de leur trajet. Le pavillon sert donc de défense à des espoirs de légitimité très variable. Dans les deux configurations, la principale source d’inquiétude sur l’espace liquide concerne les attaques des corsaires venant des Régences d’Afrique du Nord. Or, en dépit des accords et des présents diplomatiques échangés, les prises en mer restent monnaie courante au cours du XVIIIe siècle, et les sujets impériaux ne font pas exception à cet égard.

Corsaires aguerris, mais aussi fortunes de mer et incident imprévus : autant d’événements propres au trajet en mer que le pavillon ne suffit évidemment pas à neutraliser3. Au-delà de la relation contractuelle négociée dans les traités et stipulée dans les patentes, les gens de mer savent pertinemment que même l’étendard le plus sécurisé ne peut suffire à repousser tous les abordages et à éviter tous les naufrages. C’est pourquoi aux côtés de l’horizon d’attente circonscrit en droit, au-delà des desseins personnels que ce cadre permet de concevoir, une autre forme d’espoir occupe un rôle structurant. Cet espoir-là est ancré dans la pratique de la navigation elle-même, et il désigne simplement l’attente d’une issue heureuse de la traversée chez les marins. Il a cela de particulier, qu’il tend à se confondre avec des croyances d’ordre religieux ; or, cette réalité est beaucoup plus difficile à repérer dans la documentation, car elle correspond à une modalité très intime de l’acte d’espérer. On peut toutefois en identifier des traces à la faveur des correspondances que les marins capturés et emprisonnés par les corsaires rédigent pour tenter d’obtenir une prompte libération. L’argumentaire de ces écrits repose sur une rhétorique de la confiance lésée : une blessure qui résulte autant de l’espoir déçu en l’efficacité du pavillon que de l’espérance ébranlée par l’emprisonnement en terre non chrétienne.  

En somme, il existe un éventail très vaste d’espoirs politiques et commerciaux, à la licéité variable, liés à la navigation impériale ; le pavillon permet d’en saisir sur le vif la majeure partie, de l’idée initialement affichée aux réalités du terrain, des rêves du Prince aux idées extrêmement diversifiées de ses sujets.


 



Diesen Blogbeitrag zitieren
Costanza Lugnani (2024, 15. Februar). Les couleurs de l’espoir : le pavillon impérial et la protection du commerce maritime habsbourgeois entre 1711 et 1780. Hoffnung handeln – L'espérance en action. Abgerufen am 18. April 2024, von https://doi.org/10.58079/vu81

  1. „Den 3. Jenner 1754 sind Sebastiano Errath, und Grahsin Vita Levi um ein allerhöchstes Flaggen-Patent und See-Paß für ihr Polacca Sa Giustina genannt von 150. Tonnen Ladung 4 Canonen und 2. Petrieri geschütz dann 14. Mann Schiff-Volck […] eingekommen“. AT-OeStA/ FHKA NHK Kommerz Lit Akten 927, f° 86. []
  2. Sur la protection en mer, voir notamment : Tilman Haug, Nadir Weber, Christian Windler, Protegierte und Protektoren. Asymmetrische politische Beziehungen zwischen Partnerschaft und Dominanz (16. Bis frühes 20. Jahrhundert), Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2016 ; ainsi que Lauren Benton, Bain Attwood, Adam Clulow (éd.), Protection and Empire: A Global History, Cambridge, Cambridge University Press, 2017. []
  3. Un exemple similaire des limites de l’outil pavillon est livré dans l’étude de Christopher Denis-Delacour, « Flying the Pope’s Flag : The Commercial Exploitation of the Roman Flag in Mediterranean Mercantile Policies (18th Century) », Quaderni Storici, 143|2, 2013, pp. 395-418. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search