La garde de police munichoise (fin XVIIIe, début XIXe siècle) : régulation de la violence et espoir des administrateurs ?

Olivier Coelho (Lille/München)

Depuis mars 2022, nous publions chaque mois, pendant un an, un article sur l’une de nos trois séries thématiques (la paix, la violence et l’économie) consacrées à l’action d’espérer à l’époque moderne. Ce mois-ci (comme en avriljuillet et novembre), il sera question du lien entre la violence et l’espérance.

En 1796, le prince électeur bavarois dote sa capitale, Munich, d’une Direction de police et entame du même coup la polyarchie qui avait caractérisé le système policier jusqu’alors. Le pouvoir de la nouvelle institution policière est renforcé dans les années suivantes, d’abord lors de sa refonte en 1798 puis au gré de l’éviction progressive des autorités municipales (le Magistrat) à partir de 1803. La Direction de police est flanquée d’une garde de police qui comporte une trentaine d’auxiliaires de police (Polizeidiener) en 1796 puis une soixantaine en 1798. Cette garde de police offre un point d’entrée pour scruter les rapports entre autorités, espoir et violence. 

La troupe de police est triplement liée à la violence. Premièrement, elle exerce la main-forte et, à ce titre, la coercition physique fait explicitement partie de ses prérogatives. Elle a notamment pour rôle d’arrêter les contrevenants aux règles de police et les fauteurs de trouble. Deuxièmement, elle a pour mission d’encadrer la violence entre particuliers et doit disperser les rixes, empêcher les altercations, protéger les victimes d’agression. Troisièmement, les auxiliaires de police sont eux-mêmes ponctuellement la cible de violences lors de leurs interventions. Ce n’est d’ailleurs pas une caractéristique originale de la police munichoise, les résistances à l’action de la police ne sont pas un fait rare dans les sociétés de l’époque moderne.1

La tâche de la garde de police ne consiste donc pas simplement à exercer une coercition physique mais plus largement à réguler la violence sociale, dans laquelle elle est elle-même prise. Dans ce cadre, elle est progressivement armée. L’idée de doter les policiers d’armes à feu et de sabres est évoquée dès 17962, pourtant la troupe ne dispose que de dix-sept fusils et de treize lames pour une soixantaine d’hommes en 1803.3 Leur armement est ensuite systématisé et, en 1805, chaque policier possède un fusil, un pistolet et un sabre.4

Il serait erroné de voir dans la garde de police l’instrument privilégié du monopole de la violence légitime que posséderait le pouvoir étatique. Tout au long de notre période, le principal pourvoyeur de main-forte reste la garnison, laquelle est d’ailleurs censée prêter assistance à la police lorsque celle-ci en fait la demande. La police n’a ni l’exclusivité de la coercition physique ni vocation à assumer seule la responsabilité de l’ordre public. Ainsi, lorsque la garnison quitte Munich entre l’été 1800 et le printemps 1801 dans le contexte des guerres révolutionnaires, les corps militaires bourgeois, dont la fonction était essentiellement honorifique, se mettent à patrouiller dans les rues pour veiller au calme et à la sécurité. Il n’est alors aucunement question de laisser la police exercer ce rôle seule. Plus généralement et au-delà du seul cas munichois, les travaux de sociologie ont remis en cause la pertinence du concept wébérien de monopole de la violence légitime pour penser le pouvoir policier.5

Il serait délicat de chercher à jauger dans quelle mesure la garde de police génère ou endigue la violence. Les phénomènes violents qui entourent les auxiliaires de police ne sont pas nouveaux ni propres à ceux-ci, qu’il s’agisse des voies de fait interpersonnelles, de la brutalité des arrestations ou des manifestations d’animosité à l’encontre des représentants de l’ordre. En outre, nous ne disposons pas de sources qui permettraient de mesurer l’implication des policiers dans les actes violents. En revanche, la création puis l’étoffement de la garde de police ont pour effet notable de reconfigurer le système de maintien de l’ordre. Ils en accentuent la militarisation et contribuent à la centralisation et à l’uniformisation de la régulation de la violence, au détriment des autorités municipales. 

Afin de saisir plus précisément les logiques qui président à cette évolution, arrêtons-nous sur un document qui est rédigé en 1804 par la Landesdirektion, une des branches centrales de l’administration. Le texte plaide en faveur de l’armement des policiers : 

« Nous regardons l’armement des auxiliaires de police […] comme une condition qui est essentielle pour les autorités policières exécutives dans les grandes villes en vue du succès de leurs décisions et du maintien du respect [Ansehen] du pouvoir policier. Des auxiliaires de police désarmés seront toujours exposés à la moquerie et à l’arrogance d’individus grossiers ou aux insultes de la foule qui ne manque pas de se former rapidement à chaque intervention [de police] quelque peu inhabituelle.Le peuple, qui n’a pas l’habitude de soutenir la police, prend généralement le parti de l’individu incriminé et l’auxiliaire de police, dans la nécessité de se bagarrer […], donne un spectacle qui est une expression fatale de la faiblesse des pouvoirs publics et qui, du fait de son issue incertaine, ne met pas seulement en jeu le succès individuel mais compromet aussi le respect [Ansehen] de l’institution en général. »

Landesdirektion au prince électeur, Munich, 27 février 1804, BayHStA, MInn 41052. 

L’argumentation évoque la nécessité de l’armement comme préalable à une police efficace, met en avant une relation causale entre absence d’armes et fragilisation de l’action policière, avance une certitude sur l’avenir au sujet des railleries à l’encontre des policiers, invoque l’expérience à propos de l’hostilité de la foule à l’intervention policière. Ces affirmations ne ressortissent aucunement au registre l’espoir, voire même s’y opposent. En effet, l’espoir implique un rapport singulier à l’avenir à aux moins deux titres. D’une part, il charge le futur d’une potentialité positive : la personne qui espère souhaite qu’advienne un bien, un avantage, une chose favorable. D’autre part, il envisage l’avenir sous l’aspect de la contingence, celui-ci peut se produire ou ne pas se produire et celui qui espère n’a pas de prise sur la contingence en question. Le texte des administrateurs de la Landesdirektion conçoit effectivement le futur sous l’angle d’un bien potentiel, qui prend la forme d’une efficacité policière accrue et d’un prestige institutionnel affermi. Néanmoins, les différents volets du discours – nécessité, relation de cause à effet, certitude, savoir procuré par l’expérience – concourent tous à nier la contingence de l’avenir et rendent du même coup l’espoir hors de propos. Le document esquisse une temporalité qui fait correspondre terme à terme une binarité présente à une binarité future : le choix entre armement ou non des policiers fait écho à une alternative qui met en regard efficacité et crédibilité de l’institution d’un côté contre impuissance et discrédit, de l’autre. Si les policiers sont armés, l’action policière s’en trouvera assurément améliorée, si, à l’inverse, ils ne le sont pas, la police en demeurera immanquablement affaiblie. 

L’espoir n’est pourtant pas entièrement absent du texte des administrateurs bavarois. Ceux-ci le formulent explicitement en employant le verbe hoffen (espérer) : 

« Nous nous permettons d’espérer que Son Altesse Électorale se convaincra vivement de la nécessité […] de donner du crédit [Ansehen] aux agents subalternes de la police au moyen de l’armement et de l’uniforme. »

Ibid.

Cette formule apparemment anecdotique touche en réalité un élément essentiel du fonctionnement administratif. Elle fait ressortir la contingence de la décision finale du souverain. Le pouvoir décisionnaire n’est pas contingent uniquement parce qu’il repose en dernier lieu dans les mains du prince électeur mais aussi parce qu’il est étroitement tributaire des informations, ressources et canaux dont celui-ci dispose.6

Il n’est pleinement contingent que s’il prend place dans une pluralité de possibilités. En ce sens, les administrateurs qui préconisent l’armement des policiers espèrent avant tout que leurs recommandations l’emporteront face aux avis potentiellement contraires. Cet espoir permet de mieux comprendre la préférence qu’ils accordent à la démonstration sur l’expression de l’espérance : puisqu’il s’agit de convaincre le souverain que l’armement des policiers est la meilleure décision possible, la nécessité qui découle d’un raisonnement logiqueest sans doute un instrument discursif plus efficace que l’incertitude inhérente à l’espoir. 

Quoiqu’il n’apparaisse que ténuement dans les sources, le concept d’espoir présente un intérêt heuristique à au moins deux niveaux. Premièrement, il souligne que le pouvoir n’est pas un bloc monolithique, qu’il n’est réductible ni au seul choix du souverain ni aux préconisations des administrateurs ; les différents membres de la machine administrative sont des paramètres contingents les uns pour les autres. Deuxièmement, il attire le regard de l’historien sur les acteurs. Il donne à voir que les évolutions du rapport des autorités à la violence sont pour partie dues à l’action d’administrateurs qui ont cherché à faire valoir leurs positions. 



Diesen Blogbeitrag zitieren
Team Hoffnung handeln (2023, 15. Januar). La garde de police munichoise (fin XVIIIe, début XIXe siècle) : régulation de la violence et espoir des administrateurs ? Hoffnung handeln – L'espérance en action. Abgerufen am 18. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/posa

  1. Vincent Milliot, « La police parisienne au tribunal de l’opinion », in Isabelle Foucher, Vincent Denis et Vincent Milliot (dir.), La police des Lumières: ordre et désordre dans les villes au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard / Archives nationales, 2020, p. 212‑241 ; Éric Wenzel, « “En vertu des décrets de prise de corps”. L’arrestation sous l’Ancien Régime (normes, pratiques, réception) », in Frédéric Chauvaud et Pierre Prétou (dir.), L’arrestation: interpellations, prises de corps et captures depuis le Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 283‑296. []
  2. Joseph Maria von Weichs, directeur de police, au prince électeur, Munich, 21 juin 1796, BayHStA, MInn 41049. []
  3. Anton Baumgartner, directeur de police, au prince électeur, Munich, 16 décembre 1803, BayHStA, MInn 41052. []
  4. « Requisitenlista über Gewehr[e] […] der Policej », [Munich], 1er avril 1805, BayHStA, GL Fasz. 2767/1025. []
  5. La remise en cause du concept wébérien est double : la police n’a pas le monopole de la violence légitime et son action ne se limite, en outre, pas à l’exercice de la violence. Jean-Paul Brodeur, Les Visages de la police : pratiques et perceptions, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2003, p. 26‑27, p. 49‑79 ; Fabien Jobard et Jacques de Maillard,Sociologie de la police: politiques, organisations, réformes, Paris, Armand Colin, 2015, p. 116-117. []
  6. Sébastien Schick souligne combien, dans les relations diplomatiques, le pouvoir est imbriqué dans les liens de dépendance des ministres. Il montre que la détention du pouvoir décisionnaire est secondaire par rapport aux conditions qui déterminent les possibilités de décision et il conclut que « le pouvoir n’appartient pas à celui qui décide, si l’on trouve les moyens de guider son choix ». Sébastien Schick, Des liaisons avantageuses. Ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (1720-1760), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, p. 311. []

Veröffentlicht von

Team Hoffnung handeln

Hier bloggt das Redaktionsteam des Blogs "Hoffnung handeln. Ein Frühneuzeitblog" bestehend aus Dr. Christine Zabel, Dr. Albert Schirrmeister und Sabrina Rospert

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search