Johann Friedrich Pfeiffer, 1782 : des espoirs d’amélioration aux illusions perdues ?

Guillaume Garner, Lyon

Depuis mars 2022, nous publions chaque mois, pendant un an, un article sur l’une de nos trois séries thématiques (la paix, la violence et l’économie) consacrées à l’action d’espérer à l’époque moderne. Ce mois-ci, comme en marsjuin et septembre, il sera question des espérances économiques et de celles du capitalisme.

Pfeiffer, Johann Friedrich von: Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft oder deren vier wichtigsten Säulen nämlich der Staats-Regierungskunst, der Policey-Wissenschaft, der allgemeinen Staats-Oekonomie, und der Finanz-Wissenschaft. 1, Francfort-sur-le-Main 1783.
Droits d’image: Bayerische Staatsbibliothek, München.

Quelle espérance est-il possible de formuler concernant une situation économique, celle de l’Empire à la fin du XVIIIe siècle, que l’on juge dégradée ? En quoi le volumineux traité de sciences camérales (discipline universitaire regroupant notamment l’économie, la science de la police et les finances) rédigé par un auteur largement tombé dans l’oubli permet-il de comprendre la signification de cette espérance ?

Lorsqu’il publie à la fin de l’année de 1782 son traité de « science camérale universelle » (Universal-Cameral-Wissenschaft)1, Johann Friedrich Pfeiffer (1717 ou 1718-1787) vient d’être nommé professeur titulaire de la nouvelle chaire de sciences camérales de l’université de Mayence et semble ainsi avoir donné à sa carrière une stabilité qui lui avait fait défaut2. Cette nomination intervient en effet après un parcours de quatre décennies, fait de service dans l’armée prussienne, de projets divers (dans les mines, la cokéfaction du charbon ou les manufactures) dont certains l’ont mené à la faillite et à la prison. De ce point de vue, Pfeiffer présente un itinéraire d’aventurier, proche de celui d’un autre célèbre cameraliste, Johann Heinrich Gottlob von Justi, tombé en disgrâce auprès de Frédéric II, et qui meurt en 1771 à la forteresse de Küstrin au terme de six années d’emprisonnement3. Un tel profil social le distingue nettement de son contemporain Joseph von Sonnenfels, personnalité bien intégrée dans la hiérarchie administrative et universitaire de la monarchie Habsbourg4.

En 1782, Pfeiffer a déjà publié plusieurs traités de sciences camérales dont la tonalité est moins à l’espérance qu’à la critique. Connu pour sa réfutation en règle de la physiocratie française et allemande, il a surtout, inlassablement et sur un ton parfois virulent, déploré les maux qui affectent l’économie de l’Allemagne (l’Empire) et de ses territoires, qu’il s’agisse de la négligence envers l’agriculture et le secteur minier, de l’archaïsme des corporations, des privilèges et monopoles ou des défauts et des excès de la fiscalité. Ces maux sont selon lui aggravés par deux éléments : la division et le morcellement politique de l’Allemagne, l’aveuglement et l’incompétence des gouvernements des Etats du Saint-Empire.

Qu’un caméraliste luthérien et critique envers le Saint-Empire entre au service d’un prince catholique qui en est l’un des principaux dignitaires – l’archevêque-électeur de Mayence est également archichancelier d’Empire – peut être compris comme une marque d’opportunisme et/ou de soumission servile. Une autre lecture est cependant possible.

Pfeiffer, Johann Friedrich von: Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft, image 27.

Dans la dédicace de six pages qu’il rédige en l’honneur du prince-électeur de Mayence  Friedrich Karl Joseph von Erthal, Pfeiffer fait l’éloge des princes possédant les qualités nécessaires au bon gouvernement, princes qu’il décrit comme « les pères de la patrie, les bienfaiteurs du genre humain ». Il prend surtout acte du fait que des réformes économiques éclairées ne peuvent être menées que si les pouvoirs en place suivent les préconisations des sciences camérales. C’est en effet essentiellement sur l’action conjointe du prince, du gouvernement et de la police que repose la réalisation des améliorations préconisées par le caméralisme depuis le milieu du XVIIIe siècle, qu’il s’agisse de l’agriculture, des arts et des sciences, de la discipline et de l’équipement de l’armée ou du commerce et de la balance commerciale.

Alors que l’économie politique européenne réfléchit sur le degré de liberté qu’il convient d’accorder aux agents économiques, Pfeiffer s’efforce dans ses publications de définir une voie moyenne entre liberté effrénée et intervention contraignante de l’Etat, afin de proposer un programme de réformes progressives, menant graduellement vers la « félicité générale » de l’Etat. De ce point de vue, ses propositions ne contiennent pas de rupture entre le présent (à améliorer, à corriger) et le futur espéré. Elles ne visent en particulier pas à faciliter ou à accélérer une évolution « capitaliste » de l’organisation de l’économie. Par son éloge de la concurrence et son hostilité de principe aux monopoles, Pfeiffer est plus proche de l’économie de marché que du capitalisme tels que les définit Braudel5; mais dans le même temps, ce très bon connaisseur de l’économie politique européenne (et notamment de la Richesse des Nations d’Adam Smith)6 entrevoit les possiblités qu’offre la division du travail dans le cadre de grandes manufactures.

Les espoirs que formule la dédicace du traité de 1782 ont été doublement déçus. Sur un plan personnel, la collaboration entre pouvoir princier et élites éclairées est constamment restée fragile et soumise à la bonne volonté du prince. Or le tournant conservateur adopté par le pouvoir en Prusse à la mort de Frédéric II, l’accumulation des tensions sociales à la fin des années 1780 et l’onde de choc de la Révolution française rendent impossible la poursuite de cette stratégie réformatrice : si Pfeiffer, décédé en 1787, ne pourra en faire le constat, l’espoir d’une alliance entre pouvoirs et élites éclairées s’éteint dès le début des années 1790. Il en résulte une remise en cause des sciences camérales qui favorise l’émergence à la fin des années 1790 d’une économie politique (Nationalökonomie) inspirée par Adam Smith7. La déception pour Pfeiffer est également personnelle : si son enseignement à la faculté des sciences camérales de Mayence est reconnu, ses projets de valorisation des ressources de la principauté de Mayence (exploitation minière, production d’eau minérale) se heurtent à des difficultés et suscitent des oppositions au sein des institutions gouvernementales de la principauté8. Symbole de la précarité de sa position, il meurt à l’âge de 64 ans, quasiment ruiné, à tel point que ses obsèques seront financées par le prince-électeur de Mayence9.




Diesen Blogbeitrag zitieren
Team Hoffnung handeln (2022, 16. Dezember). Johann Friedrich Pfeiffer, 1782 : des espoirs d’amélioration aux illusions perdues ? Hoffnung handeln – L'espérance en action. Abgerufen am 18. April 2024, von https://doi.org/10.58079/pos9

  1. Johann Friedrich Pfeiffer, Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft oder deren wichtigsten Säulen nämlich der Staats-Regierungs-Kunst, der Policey-Wissenschaft, der allgemeinen Staats-Oekonomie, und der Finanz-Wissenschaft zu akademischen Vorlesungen und zum Unterricht angehender Staatsbedienten, Francfort/Main, Esslinger, 1783, 2 vol. []
  2. Anton Felix Napp-Zinn, Johann Friedrich Pfeiffer und die Kameralwissenschaften an der Universität Mainz, Wiesbaden, Steiner, 1955; Horst Dreitzel, « Universal-Kameral-Wissenschaft als politische Theorie : Johann Friedrich von Pfeiffer (1718-1787) », in : Frank Grunert et Friedrich Vollhardt (dir.), Aufklärung als praktische Philosophie. Werner Schneiders zum 65. Geburtstag, Tübingen, Niemeyer, 1998, p. 149-171. []
  3. Andre Wakefield, The Disordered Police State. German Cameralism as Science and Practice, Chicago, University of Chicago Press, 2009, p. 81-110. []
  4. Simon Karstens, Lehrer – Schriftsteller – Staatsreformer. Die Karriere des Joseph von Sonnenfels (1733-1817), Wien, Böhlau, 2011. []
  5. Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, p. 44-67. F. Braudel oppose l’économie de marché, caractérisée par la spécialisation des activités, un régime de concurrence entre agents, la formation de profits modérés mais certains et réguliers et la soumission au contrôle des autorités au capitalisme où prédominent la diversification des activitiés, les monopoles – permettant de dégager des profits massifs – et la connivence entre agents capitalistes et l’État. []
  6. Cette connaissance de l’économie politique apparaît dans la série de notes critiques que publie Pfeiffer entre 1781 et 1784 dans ses Berichtigungen berühmter Staats- Finanz- und Polizey- Cameral- Kommerz- und ökonomischer Schriften dieses Jahrhunderts(Francfort/Main, 6 vol.) . À bien des égards, ses analyses et ses propositions reprennent celles qui sont formulées au milieu du XVIIIe siècle par le courant du « libéralisme égalitaire » français et dont deux représentants majeurs sont Jean-François Melon et François Véron de Forbonnais : voir à ce propos le travail de Simone Meyssonnier, La Balance et l’Horloge. La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, Montreuil, éditions de la Passion, 1989. []
  7. Keith Tribe, Governing economy. The reformation of German economic discourse 1750-1840, Cambridge, C.U.P., 1988, p. 133-182. []
  8. Rudolf Schäfer, Förderung von Handel und Wandel in Kurmainz im 18. Jahrhundert, Francfort/Main, Otto Pfeifer, 1968. []
  9. Anton Felix Napp-Zinn, Johann Friedrich Pfeifferop. cit., p. 22. []

Veröffentlicht von

Team Hoffnung handeln

Hier bloggt das Redaktionsteam des Blogs "Hoffnung handeln. Ein Frühneuzeitblog" bestehend aus Dr. Christine Zabel, Dr. Albert Schirrmeister und Sabrina Rospert

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search