Archiv für den Monat: August 2022

L’espoir entre la guerre et la paix

Sébastien Schick, Paris

Depuis mars 2022, nous publions chaque mois, pendant un an, un article sur l’une de nos trois séries thématiques sur les actes d’espérance au début de l’ère moderne. Ce mois-ci, il s’agit de la relation entre la paix et l’espoir.

Bayerische Staatsbibliothek, Res/4 Bavar. 2120,IX,7

Le 16 décembre 1740, le jeune roi Frédéric II de Prusse, fraichement installé à la tête des territoires prusso-brandebourgeois depuis la mort de son père six mois plus tôt, envahit, sans déclaration de guerre préalable, la Silésie. Non seulement cette date marque-t-elle le retour de la guerre dans le Saint-Empire romain germanique après quelques années d’accalmie seulement (dès lors que la Guerre de Succession de Pologne, entre 1733 et 1738, s’était partiellement jouée dans l’Empire), mais surtout, cette invasion d’une terre impériale sous autorité habsbourgeoise par un autre prince d’Empire met à mal la stabilité et l’unité même de cet espace politique, dont le système devait garantir la « paix publique perpétuelle » (Ewiger Landfrieden).

La situation devient d’autant plus préoccupante lorsqu’au printemps 1741, l’Archiduchesse Marie Thérèse, fille de l’Empereur Charles VI, décédé le 20 octobre 1740, fait finalement face à une vaste coalition européenne et impériale. Son père avait pourtant essayé – non sans mal – de faire reconnaitre au cours des années précédentes la Pragmatique Sanction, texte juridique qui réaffirmait le principe d’indivisibilité du patrimoine habsbourgeois, mais qui modifiait également l’ordre de succession en écartant les deux filles de son frère aîné, Joseph 1er (1705-1711), au profit de Marie-Thérèse. Parce que les électeurs de Saxe et de Bavière avaient épousé les nièces de Charles VI, ils n’acceptèrent jamais l’accord, et revendiquèrent une partie de l’héritage habsbourgeois. L’électeur de Bavière Charles Albert lorgnait ainsi sur l’héritage de Charles VI, mais espérait surtout mettre la main sur la couronne impériale, élective et donc non héréditaire.

Ainsi, dès l’année 1741, la guerre bat son plein. Le 10 avril 1741, les troupes prussiennes sont victorieuses à Mollwitz, et en juin 1741, la Prusse, la Bavière et la France signent un traité d’alliance. A l’automne, devant la menace concrète d’une invasion de ses terres électorales, le roi d’Angleterre George II, qui était aussi duc de Brunswick-Lunebourg, panique, et choisit, au grand dam de ses ministres anglais, la neutralité en sa qualité de prince électeur seulement. Les troupes françaises entrent toutefois dans l’Empire, tandis que celles de l’électeur de Bavière prennent Linz, puis Prague dans la nuit du 25 au 26 novembre 1741. A Francfort, on négocie alors déjà la capitulation impériale du nouvel Empereur. Charles Albert est finalement élu roi des Romains (24 janvier 1742) puis couronné empereur (11 février 1742) sous le nom de Charles VII.

Si que la guerre en elle-même inquiète, c’est plus généralement l’existence même de l’Empire qui, tout au long de l’année 1741, semble menacée. Le soutien français de la candidature des Wittelsbach fait longtemps planer la menace très concrète d’une double élection impériale dans l’Empire ; et le 31 octobre 1740 déjà, Gerlach Adolph von Münchhausen, l’un des principaux ministres hanovriens, avait même évoqué, un temps, l’idée de renoncer à la structure impériale afin d’éviter la catastrophe à venir1 .

Dans cette période de si forte incertitude, de guerre, de division, que peut-on alors bien espérer ? Le retour de la paix ? Sans doute… Mais pas de n’importe laquelle, et pas à n’importe quel prix ! Bien évidemment, les avis, les intérêts, les points de vue divergent, et l’on pourrait multiplier les exemples de prises de position contradictoires. Un texte anonyme, publié en 1741, met toutefois en scène, très concrètement, la question de l’espoir, et de ses dimensions politiques. Il s’agit d’un document in-quarto, de 16 pages, dont le titre est, à lui seul, évocateur de la complexité de cet « espoir » : Die Hoffnung zwischen Krieg und Frieden2. L’espoir n’est pas entièrement tourné vers la paix seule, il se trouve précisément à l’intersection de la guerre et de la paix, en son point d’équilibre qui pourrait être, au fond, celui de la justice. Si l’on ne peut espérer la guerre, on ne peut non plus vouloir une paix injuste, qui mettrait à mal le droit, les justes causes et l’ordre voulu par Dieu.

Le texte met en scène le dialogue entre un « Bavarois » et un « Autrichien », qui se rencontrent par hasard dans une auberge – l’aubergiste n’intervenant qu’à de rares reprises seulement.

D’emblée, le débat porte sur la légitimité de la force pour rétablir son droit – et donc, au fond, sur le juste contenu de notre espoir. L’Autrichien commence en effet par condamner la guerre, portée par les ennemis de Marie-Thérèse : « Mein Königin bleibt vest, und lässet Ihr nichts nehmen,/ Was nach Caroli Tod Ihro zu erben lag,/ Sie wird auch zu nichts, was widerig, bequemen,/ Man brauche dann Gewalt, und nehm es Ihr hinweg ». Mais le Bavarois rétorque que la force permet, en l’occurrence, de rétablir le droit – et qu’elle est donc légitime : « Es braucht nicht vil Gewalt, das Recht muß hier außsprechen,/ Legt dann Chur=Bayern nicht gedruckt sein Recht an Tag,/ Wer will, was Wahrheit ist, die Wort und Sylben brechen?/ Ist er dann nicht der Erb? Wer widerspricht die Frag?/ Ist nicht die Freundschaffts Quell aus Habspurgs Hauß entsprossen?/ (…) Warum soll dann der Löw vom Recht seyn außgeschlossen,/ Geht Ihn das Erb=Recht nicht allhier auch etwas an? ».

Ce droit doit du reste d’autant plus être respecté que c’est la volonté de Dieu qui s’exprime ainsi : « Drum frag ich : wer will Ihm, was Er verlangt, mißgönnen ?/ Was Ihm der Himmel selbst in Rechten zugedacht » ajoute en effet, plus loin, le Bavarois. Recht. Gerechtigkeit : ce sont bien vers eux que doivent se tourner tous les espoirs – ces derniers étant donc tiraillés entre guerre et paix, car pris dans cette question de la légitimité de la violence et de la guerre juste. Dans un échange très vif, les deux opinions s’opposent finalement en ces mots : « (Bayer) Wann man in Güte nicht kan zu dem Recht gelangen./ So muß man mit Gewalt den Harnisch ziehen an./ (Oesterreicher) Die Sach siht weit hinaus, gleich einen Kriege anfangen ».

Si les deux hommes finissent par s’entendre, c’est bien autour du thème de la paix, de la concorde ; mais de celles qui respectent le droit et la justice. Cette paix seule mérite que les espoirs s’y portent. On comprend alors que le texte fut sans doute rédigé dans l’entourage de Charles Albert (par qui ? Rien ne permet de l’affirmer, faute de documentation), au cours de la deuxième moitié de l’année 1741 : car cette justice résiderait dans l’accession du prince électeur à la couronne impériale seule – et non pas aux pays héréditaires sur lesquels il avait pourtant eu, d’abord, des prétentions. Le choix de la forme du dialogue est habile : il donne l’impression qu’un accord se fait, qu’un compromis se dégage grâce à la confrontation des idées, alors qu’au fond, la conclusion est tout à fait conforme aux revendications qui sont alors celles de Charles Albert.

C’est ce « juste partage » qui semble entraîner la concorde entre les deux hommes : Marie-Thérèse conserve ses possessions, et Charles Albert accède à la dignité impériale – ce qui permet finalement à l’aubergiste, lui qui incarne une neutralité apparente, de conclure, en évoquant le futur Charles VII. : « Ich wünsche,/ daß ich mög bald einen Kayser sehen,/ Den die Gerechtigkeit selbst auf den Thron gesetzt ».

Ainsi, dans cette année de guerre, d’incertitude et de profonde division, l’espoir des sujets, ici incarnés par la figure du Bavarois et de l’Autrichien, se porte sur une paix qui respecte le droit et la justice ; cette paix, mais cette paix seule, mérite notre espoir et nos vœux.


  1. Theo König, Hannover und das Reich 1740-45, Bonn, 1938, p. 4-5. []
  2. Anonyme, Die Hoffnung zwischen Krieg und Frieden, vorgestellet auf dem Schau-Platz diser Zeit, da sich von fünff hundert Jahr hero die nahe Anverwandschafft Deß Durchläuchtigsten Chur-Hauses Bayrn mit dem Durchläuchtigsten Ertz-Hertzogl. Hauß Oesterreich vor Augen leget: zwischen zweyen Reisenden, als einem Bayern, und einem Oesterreicher in dem Nacht-Quartier unter einem freundlichen Gespräch vorgefallen, 1741. []

“Man hofft immer, wo man betroffen ist und das Hoffen ist auf jeden Fall in die Zukunft gerichtet.” – ein Interview mit Prof. Dr. Sven Externbrink (Univ. Heidelberg)

Heute erscheint (außerplanmäßig) ein besonderer Beitrag auf unserem Blog “Hoffnung handeln” – ein Interview, das wir mit Prof. Dr. Sven Externbrink führten, der aktuell die Vertretung des Lehrstuhls für Geschichte der Frühen Neuzeit an der Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg innehat. Anlässlich seines Forschungsaufenthalts in Paris befragten wir Herrn Externbrink, inwiefern ihm das Thema “Hoffnung” bereits in seiner Forschung begegnet ist. Bonne lecture!

Sven Externbrink im Gespräch mit uns. Foto: Margot Lyautey

Team Hoffnung handeln: Wir würden Sie bitten, sich zunächst selbst vorzustellen: Wovon ist Ihre Forschung geprägt und welche Veröffentlichungen sollten unsere Leserinnen und Leser von Ihnen kennen? 

Weiterlesen